Partagez
Aller en bas
avatar
Admin
Messages : 38
Date d'inscription : 08/05/2018
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.ascensionrp.com

Episode 0 : La naissance d’un monde

le Mer 9 Mai - 14:00


Episode 0 : La naissance d’un monde




Prologue :

Ce jour-là le soleil frappait fort et les créatures terrestres se déplaçaient difficilement. Ariendel n’avait rien oublié, elle savait qu’elle devait agir. Ils l’ont provoquée et attaquée, à présent il était temps de faire fleurir une grande puissance. Sa frustration créa une vague de chaleur, le volcan était actif, les eaux chaudes. Elle avait réussi à transmettre une partie de son essence dans une source inépuisable.

Ils ont ruiné sa stabilité, ils ont provoqué les éléments et ils vont le regretter. Décidée, elle lança le processus naturel pour faire naître ce dont elle avait besoin. La source lui donna l’énergie suffisante pour mettre au monde le Premier Homme et de sa terre elle fît naître les hommes d’argile. Une âme non perceptible comme elle ne pouvait être trouvée contrairement à ses enfants qui eux étaient observés.

Un détail pour Ariendel qui savait que cette nouvelle civilisation allait évoluer plus vite que la précédente. Il lui arrivait encore souvent de penser tristement à tous ses êtres perdus, heureusement que des résidus d’harmonie en ont laissé des traces. Le cycle de la vie reprenait, elle allait porter un nouveau monde



Chapitre I : La nouvelle lignée de Ciethy




Il se sentait osciller, tenir debout lui semblait être une torture, son esprit était submergé. Il fléchit, alors il s’appuya avec le plat de sa main sur l’arche de pierre à côté de lui. La pierre était froide et mouillée mais sa main diffusa chaleur et sécheresse le long de la structure.

Il fît un pas et c’est tout son entourage qui oscillait, d’un coup une image frappa son esprit. Un cercle lumineux se dessinait devant lui, une matière visqueuse en son milieu dansait. D’un éclat bleu vif le cercle projeta une énergie considérable vers l’homme et le laissa au sol.

Quand il reprit conscience, tout était clair pour lui. Il devait commencer dès maintenant son ouvrage, tout lui était inscrit dans son âme. Les Drakael allaient prendre vie et il devait préparer leur arrivée.


Une brume légère recouvrait le lac d’eau douce surplombé par la cascade d’ Ariendel. Le jour prenait le temps de se lever, deux êtres élégants se tenaient au pied de cette déferlante jusqu'à en être éclaboussé. Ils n’y prêtaient pas attention, ils étaient plutôt concentrés sur un oeuf de vie qui diffusait sa fumée bleu éparse.

Il allait bientôt naître et ils l’attendaient avec impatience. Le plus frêle des deux, ridé par le nombres d’années à attendre ce jour, prit la parole :

“Sais-tu mon enfant quel jour sommes-nous ? Bien sûr tu le sais suis-je bête. Mon esprit est embrouillé par tant d’impatience. Une nouvelle lignée va naître avec lui et je te garantis que les choses vont changer.”

La jeune femme le prit par le bras :

“Je sais tout oui ! Vous m’avez préparé assez longtemps pour ne pas être perdue, ne vous en faites pas pour nous Premier Homme je suis prête à l’accueillir.”

Le vieil homme ôta sa main et lui rétorqua sur un ton agacé :

“Tu es prête oui, mais tu es une Drakael, lui aussi. Vous prenez vie pour maîtriser les éléments. Si vous n’apprenez pas à contenir cette force qui s’ouvre à vous je crains pour votre survie.
Notre chère Ariendel nous laisse vivre sur son corps et nous devons respecter chaque cadeau qu’elle nous offre.
Comme les pierres runiques, il est important que la lignée en accepte la quête. Ces pierres vous apporteront un savoir que vous n'obtiendrez pas autrement. Comprends-tu ?
Nous ne sommes pas les seuls à bénéficier de sa générosité, mais vous êtes les seuls à recevoir la force des éléments.
Quand je serais éteint cette force grandira et vous devrez y faire face. Tout ce que j’ai construit est pour vous, au coeur même de la naissance d’une nouvelle ère. Que mes mains en témoignent !
Je t’ai parlé aussi des Wafeld, je les ai croisé à de nombreuses reprises mais je n’ai pas réussi à les convaincre que vous serez les acteurs du monde et non les protagonistes. C’est de ma faute, je les ai laissés naître sans aide, je pensais qu’ils comprendraient d’eux... Attends regarde l’enveloppe bouge !”

L’oeuf était recouvert de plusieurs couches végétales, comme une fleur fermée qui va éclore. La pointe s’ouvrit légèrement et un épais nuage de fumée bleu s’en dégagea. Une première couche glissa le long de la forme ovale, suivit délicatement des autres.

Il était recroquevillé au fond de l’oeuf ouvert, le deuxième Drakael d’une longue lignée. Ses membres se déployèrent avec aisance, il ouvrit les yeux et croisa le regard des deux spectateurs. Il se leva avec un peu de mal, la jeune femme se précipita pour lui déposer un grand lange sur les épaules.

Une lumière vive émanant de la cascade les éblouit, sauf lui, il la regardait sans sourciller. Puis la lumière de vie disparue, elle lui avait transmis sa force son rôle était terminé.

Le jeune homme se redressa, les buissons alentour frissonnaient encore. Il dit :

“Emmenez-moi au chaud s’il vous plaît ! J’ai très faim et très soif, je serais heureux de partager un bon buffet avec vous. Nous avons énormément à nous dire !”

Le nouveau-né, soutenu par la jeune femme et suivit par le vieil homme, prit le chemin du pont pour rejoindre l’intérieur du rempart de Ciethy.



Chapitre II : Le village façonné




Sous la chaleur écrasante la terre était sèche et craquait sous les pattes des créatures. Près de la falaise qui dominait la plage une immense étendue de boue d’argile effectuait des remous.

Un cercle lumineux d’un rouge intense se forma au-dessus, l’argile liquide bouillonnait. Certaines bulles éclataient en silence puis une fumée épaisse de couleur rouge s’en échappait.

L’agitation de la mare avait cessé et deux formes se dessinaient dans la boue. Le cercle tournoyait toujours, les formes devinrent des silhouettes humanoïdes. L’une d’elles sortit un bras entraînant l’autre à faire le même geste, puis ensemble leurs jambes.

Le cercle se déplaça à un autre endroit, là en dessous une plaque d’argile sortit du sol sous une forme arrondie. Le rond lumineux revint devant les deux êtres qui avaient émergé, la matière visqueuse au centre dansait. Alors une énergie immense fut expulsée et la puissance assomma les hommes d’argile.

Ils avaient repris connaissance quelques instants après, ils savaient maintenant tous les deux par quoi ils devaient commencer. Ils étaient les artisans d’une nouvelle ère, beaucoup de travail les attendait, façonner les éléments était une tâche ardue.


Le jour se levait doucement, les sculpteurs se préparaient, observés par le premier être façonné dans les éléments :

“Tu as préparé son lit ? Il est bientôt fini nous allons pouvoir le sortir dépêches-toi un peu ! J’avais laissé les habits sur la paillasse où les as-tu déplacés ? Laisse ! Je vais le faire ! Toi va voir s’il est prêt !”

L'homme d’argile, bougonnant se dirigea vers la porte :

“Laisse-moi faire ceci...hum hum… laisse-moi faire cela !”

Il se retourna au dernier moment et pointa du doigt l’observateur :

“Toi viens avec moi on va voir si il est prêt ! Ha crois-moi je suis heureux que tout ça soit terminé pour nous, je ne le supporte plus avec ses remarques à longueur de temps. C’est un très bon sculpteur mais il a un caractère insupportable !
Et toi comment te sens-tu ? Pas trop la frousse ?”

Le jeune homme se pinça la lèvre avant de répondre :

“Je pense que j’ai peur oui ! Vous ne m’avez apporté que trop peu de réponses et les Dieux ne me parlent pas.
Comment vais-je pouvoir guider les prochains si je ne sais même pas moi-même comment les satisfaire ?
Crois-tu que le grand Odeos chevauchant sa trois cornes géante va me juger ?
Les Drakael dont tu m’as parlé sont-ils vraiment les descendants de nos Divinités ?
Et les pierres divines comment vais-je les trouver ?
Trop de questions et bientôt vous ne serez plus là pour y répondre.”

Le petit homme lui attrapa les poignets et l’immobilisa :

“Ecoute-moi bien mon grand ! Tu es un homme empli de force et de courage face au monde qui l’entoure.
Tu es une création des éléments, tu es un Wafeld ! Nos Dieux auront besoin de toi un jour et tu seras présent crois-moi !
Puis tu ne seras pas seul, ton avenir est plus joyeux que tu ne le pense crois-moi !
Le Premier Homme nous a prévenus que l’essence des pierres divines va augmenter, il te sera facile de les trouver.
Dans un premier temps tu dois t’assurer que tout le monde arrive en bonne forme crois-moi ! Par la suite vous devrez agir ensemble pour nos Dieux, c’est compris ?
Ces terres se sont les vôtres, vous vous en sortirez j’en suis sûr crois-moi !”

Le doute était plus fort que les mots, il restait perplexe pour la réussite de leur quête. Le grand Odeos choisissait ces guerriers puis les mettaient en épreuves jusqu à obtenir la gloire ou la mort.

Le premier être façonné croyait au destin et il ne voyait qu’un pauvre fou jaloux, en la personne du Premier Homme. C’est pour cela que cette histoire de pierres divines inquiétait l’homme de foi.

Cependant, il se devait de respecter son chemin écrit par Fingur l'écrivain, divinité des parchemins du destin. Il pencha l’avant de son corps vers la mare d’argile, le nouveau-né bougeait. Il l’aida à se lever le prit par les épaules et lui indiqua la direction à prendre.

Une lumière vive sortit de la mare et s’arrêta devant l’homme recouvert de boue. Les autres fermaient les yeux, pendant que lui la fixait immobile puis en un instant la lumière de vie avait disparu.

L’homme tendit ses bras pour qu’on le soutienne avant de dire :

“Nous avons beaucoup à faire mon frère, d’autres vont arriver et nous devons les guider ! Les sculpteurs n’ont plus que très peu de temps, nous devons être prêts. Vite emmenez-moi à l’intérieur que je finisse ma croissance.”

Sur ces mots ils rejoignirent la pièce de croissance, où les attendait l’autre petit homme. L’avancée du village de Phalkor pourrait bientôt commencer, le travail des hommes d’argile était terminé.



Chapitre III : La Source




Un rire sournois résonnait dans la grotte :

“Non ne me dit plus ce que je dois faire ! C’est toi qui as voulu tout ça, penses-tu que je serai ici sans toi ? Non ne me dit plus ce que je dois faire ! Tsssss...sottise ce que tu dis là, ma force grandit je vais te montrer jusqu'où elle peut aller… Tu ne nous retiendras pas ici longtemps !”

Le rire reprit de plus bel :

“Tu te sens en péril et tu as bien raison.Tu nous as donné de ton essence pour que nous reprenions vies, mais à quel prix !
Nous ne sommes plus que l’ombre de nos Wyvern, nos pauvres bêtes, dans le passée pourtant si glorieuses. Tu ne respectes même pas tes propres rêves, ils sont tous morts.
Pourtant ces magnifique créatures représentaient la seule part de bonté en toi et tu as choisi de les faire taire à jamais.
Ma belle Santara ne sera pas à tes ordres, elle n’écoute plus que moi dorénavant, ton essence l’a changé et moi avec. Ton mal nous a atteints et nos pouvoirs ont évolué, je suis Ninla maintenant !”

Soudain une lumière aveuglante se déplaça et s’arrêta devant le visage de la voix féminine. Son visage était sombre et on ne pouvait pas en distinguer les traits :

“Oui tu nous a abandonné et tu crois pouvoir te servir de nous pour te défendre. Alvard était mon époux et Jora mon frère, avant que tu ne t’en occupe.
A présent ils sont devenus Reagar et Karthir, nous sommes les cavaliers, nous sommes La Source !
Tu n’y peux rien c’est ainsi, notre essence devient plus forte que la tienne et bientôt nous sortirons enfin.”

Ninla se courba pour passer sa main à travers la boule de lumière. L’enveloppe sombre qui l’entourait commençait à se diffuser dans la luminosité.

La lumière se mit à vaciller puis dans un élan brusque prit la fuite. Une dernière fois, un rire glaçant retentit jusqu'à l’entrée de la grotte.



Chapitre IV : Mission Aventar




L’Amiral Cain était au repos dans sa cabine, un verre d’hydromel à la main il sirotait en lisant son rapport. Le bruit rouillé de la porte entrouverte vint déranger sa concentration. Le Capitaine Andrès se précipita sans crier gare devant son bureau :


“Mon Amiral j’ai quelque chose d’impor...d’important à vous dire !”

Cain se redressa sur son siège et le fit pivoter :

“Que puis-je faire pour toi Capitanès ? Mais fait vite il ne me reste pas longtemps pour me reposer.”

Andrès reprit :

“J’ai observé le Major, comme vous me l’avez ordonné et il cache une information. J’ai noté l’autre jour une réaction étrange quand il pianotait sur sa console.
J’ai donc espionné son poste de travail à l’aide du technicien. Il a détecté un champ de force impressionnant à ce stade du programme !
C’est peut-être la source des éléments ou un lieu avec une grande quantité de minaret.
S’il n’en a informé personne c’est qu’il souhaite que Le Conseil n’en prenne pas connaissance.”

Le dirigeant de l’arche se gratta la tête, son Capitanès continua :

“J’ai une option à vous proposer pour déterrer son secret. J’ai travaillé sur l'éventualité dans laquelle nous serions obligés d’intervenir sur Ascension. Oui je sais c’est fou, écoutez-moi !
Nous possédons actuellement assez de ressources d’élément pour envoyer une petite équipe à la surface. Nous savons que les minarets peuvent nous fournir une énergie non négligeable et en quantité encore inconnue.
Si nos hommes s’établissent assez longtemps ils pourront nous en faire parvenir via les piliers de création. Nous leur ferons parvenir ce dont ils ont besoin en retour.
Ainsi ils pourront également relever un maximum d’informations en temps réel pour nous et qui sait peut-être dénicher La Source.
Je crois que c’est ce que vous voulez pour combler Le Conseil, je me trompe ?”

Très attentif l’Amiral mit quelques secondes à réagir aux propos qu’il venait d’entendre :

“C’est très osé comme proposition ! Personne n’a jamais entrepris de descente sur les îles d’études, ce n’est pas envisageable !
Mais j’aime particulièrement votre idée si ce n’est pas vous qui partez, vous êtes bien trop utile ici. Je vous laisse préparer tout ce qu’il vous faut et prévenez-moi quand vous serez prêt, je vous sélectionnerai un effectif.
Merci du vent ! Stop attendez, avez-vous pensé à un nom de code pour plus de discrétion ?”

Le Capitaine se dressa fièrement et dit :

“Bien sûr ! Je m'attèle à la préparation de la mission Aventar mon Amiral et je reviens vers vous dès que possible ! Merci.”

Il tourna les talons et passa la porte un grand sourire aux lèvres.
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum